Un peu d’histoire

Le concept fondateur d’ENVIE est né à Strasbourg : une histoire humaine, de rencontres et d’opportunités et un engagement partagé pour combattre l’exclusion et créer de l’emploi.

Alors qu’Emmaüs Strasbourg se trouve confronté à des problèmes de qualité et de garantie sur l’électroménager mis en vente ou à disposition de familles modestes, un groupe de travailleurs sociaux cherche à monter une activité pour créer de l’emploi en insertion.
Certains travaillent dans un centre d’accueil et de soin d’autres à la mission locale de Strasbourg dans le quartier de Neuhof ou à la Cité relais. Tous sont animés par une même volonté : aider les jeunes qui ont besoin de travailler.

Cette préoccupation est partagée par la communauté d’Emmaüs Strasbourg et elle s’accompagne d’une volonté de limiter le gaspillage en réparant mieux les équipements électroménagers.

Ainsi va se fédérer un groupe pour accompagner financièrement et matériellement un projet innovant : récupérer des déchets d’équipements électroménagers, les réparer et les vendre en créant des emplois pour des salariés exclus du marché de l’emploi, au sein d’une entreprise qui s’engage à les former.

Les bases d’une économie circulaire et solidaire sont posées, ENVIE voit le jour.

1984 – Ouverture de la première structure à Strasbourg
C’est Martin Spitz, alors psychologue et fils d’un marchand d’électroménager, qui va devenir le premier Directeur d’ENVIE. Il tient les rênes de cet ambitieux projet accompagné de tous ceux qui ont participé à sa mise en place, anciens collègues, amis, travailleurs sociaux… La première structure ENVIE ouvre ses portes dans un ancien bâtiment en ruine réhabilité par un chantier école d’insertion.

1989 – ENVIE se développe
Quelques années plus tard, après cette première installation, Patrick Klein, responsable des ventes Darty en région PACA, incite Martin Spitz à ouvrir une unité à Marseille en lui proposant de s’appuyer sur le don de toutes les machines Darty mises à la benne. C’est le début de la structure « ENVIE Développement». Cette amitié entre un industriel et un travailleur social est dans l’ADN d’ENVIE : un réseau d’entreprises oeuvrant dans le champ d’activités liées aux déchets (recyclage, traitement, réemploi) avec des industriels et animé d’ambitions solidaires.

2006 – Le recyclage
En 2006, la directive européenne sur les DEEE (Déchets d’Équipements Électriques et Électroniques) fondée sur le principe de responsabilité élargie des producteurs, entre en vigueur. En France, les producteurs sont constitués en Éco-organismes agréés par les pouvoirs publics pour s’acquitter de leur obligation et organiser la collecte, le regroupement et le traitement de ces déchets. Fort de son expertise dans le domaine, ENVIE, qui se préparait depuis 2002 à cette transition, s’est positionné très rapidement sur ce nouveau marché et a su faire valoir son professionnalisme en faisant du recyclage des DEEE sa deuxième activité clé, et en créant ainsi un levier supplémentaire pour sa mission d’insertion.

Aujourd’hui, un tiers des DEEE sont collectés en France par ENVIE.
Un partenariat a également été mis en place avec Écosystèmes ESR pour préserver l’activité historique de réemploi avec l’accès aux gisements des déchets les plus qualitatifs à savoir les plateformes de distributeurs.

Aujourd’hui – Un maillage territorial de 50 entreprises
L’idée de rénover de l’électroménager par un modèle vertueux d’économie circulaire a rapidement rencontré un franc succès en répondant à une véritable demande. Les ateliers et magasins se sont progressivement développés sur le territoire. Aujourd’hui, les structures ne cessent de se multiplier et de se diversifier, le réseaurecycle maintenant aussi des matelas et rénove du matériel médical !

Merci aux fondateurs : Martin Spitz, Pierre Roth, Bruno Lallemand, Brigitte Spenner, Fabien Weiss, Patrick Klein mais
aussi à ceux qui ont soutenu le développement d’ENVIE : Philippe Francès, Jean-Noël Labroue, Claude Alphandéry, Marie-
Madeleine Hilaire, Jacques Desproges, Dominique Jeaningros et tant d’autres…