Qu’est-ce que l’insertion professionnelle ?
insertion professionnelle CDDI formation travail

L’action d’Envie s’inscrit dans un seul but : accompagner des personnes en difficultés sociales et professionnelles vers un emploi durable. Le réseau Envie emploie chaque année 2 000 salariés en insertion professionnelle en leur proposant un parcours de requalification adapté. Le but de l’insertion professionnelle est de préparer le retour à l’emploi sur le marché du travail « classique » de publics qui en sont éloignés.

Quelle est la différence entre insertion et réinsertion ?

Au milieu du 20e siècle, le terme insertion était uniquement utilisé pour décrire la situation des jeunes qui entraient sur le marché du travail. C’est seulement en 1988, lors de la création du RMI (Revenu Minimum d’Insertion) que les termes se sont précisés : réinsertion est désormais uniquement utilisé en cas de sortie de prison tandis que l’insertion englobe une réalité plus large d’une population éloignée de l’emploi (chômeurs de longue durée, personnes bénéficiaires des minimas sociaux, jeunes de moins de 26 ans en grande difficulté, travailleurs en situation de handicap, etc.). Un salarié en insertion est synonyme de salarié en retour à l’emploi.*

Comment fonctionne l’Insertion par l’Activité Economique (IAE) en France ?

En France, il existe 4 types de conventionnement : l’Entreprise d’Insertion (service aux entreprises et aux collectivités), l’Entreprise de Travail Temporaire d’Insertion (bâtiment et travaux publics), Atelier et Chantier d’Insertion (environnement) et les Associations Intermédiaires (services à la personne). L’objectif commun de ces 4 types de structures est d’obtenir au moins 60% de sorties dynamiques (contrat de travail ou formation). Les différentes entités du réseau Envie sont toutes conventionnées Entreprise d’Insertion, elles obtiennent chaque année environ 13% des agréments réservés à ces entreprises en France. L’agrément est délivré par les pouvoirs publics, sur la base du projet social propre à chaque structure : en fonction de son savoir-faire, son ambition, des besoins du territoire en termes de cohésion sociale, d’activité économique, etc. Ce conventionnement permet de recourir au CDDI (Contrat à Durée Déterminée d’Insertion) et de bénéficier des aides aux postes du gouvernement. L’aide au poste permet de compenser le manque de qualification des salariés embauchés ainsi que de financer le sur-encadrement et l’accompagnement social. Les CDDI sont réservés aux chômeurs de longue durée, personnes bénéficiaires des minimas sociaux, jeunes de moins de 26 ans en grande difficulté et aux travailleurs reconnus handicapés.

La vision sociale d’Envie

Dans un contexte économique encore crispé en 2015, le nombre de personnes éloignées de l’emploi continue de grimper, cet éloignement se conjugue souvent avec précarité et isolement, terreau fertile à des maux plus profonds encore. La création d’emplois en insertion, l’accompagnement des salariés vers un projet professionnel stable et la lutte contre l’exclusion constituent le ciment fondateur et la raison d’être des 50 entreprises du réseau Envie.
Afin d’encadrer ces salariés en retour à l’emploi, deux métiers sont essentiels dans chaque structure Envie. Tout d’abord, l’encadrant technique : il encadre les salariés au quotidien, il les forme en situation de production, il organise et fait le suivi des activités de production. Il doit être empathique et disposer de compétences managériales, pédagogiques et techniques. Le second métier indispensable au bon fonctionnement de l’activité d’Envie est le chargé d’accompagnement socio-professionnel ou d’insertion professionnelle (CASP), il est le « facilitateur », qui accompagne le salarié tout au long de son parcours, depuis la levée des freins à l’emploi jusqu’à la définition du projet professionnel. Il l’accompagne au quotidien dans toutes les problématiques qu’il rencontre au quotidien (recherche de logement, rédaction de CV, permis de conduire, accès aux soins, recherche de formation, etc.) Le but n’est pas de créer un emploi et d’offrir un salaire à une personne, mais de lui enseigner des savoir-faire qui lui permettront de trouver un emploi durable. Ces personnes en situation de retour à l’emploi doivent acquérir une plus grande autonomie afin de réaliser leur projet professionnel.

Infographie parcours d'un salarié en insertion professionnelle formation apprentissage

* Genèse de l’insertion, l’action publique indéfinie, de Chantal Guérin-Plantin, 1999